La plaque d’immatriculation est un élément d’identification indispensable sur les voitures. Dans ce guide pratique, découvrez tout sur la plaque d’immatriculation : ses origines, son utilité, etc.

Les origines de la plaque d’immatriculation

La plaque d’immatriculation a été inventée en France, le pays de tradition suradministrée. Du temps de Louis XV, à la première moitié du XVIIIe siècle, certains documents historiques évoquent le concept de numérotation des véhicules hippomobiles. C’était en 1891 à Lyon que naît le premier véritable système de plaque d’immatriculation. Comme nous l’entendons de nos jours, la notion consiste à faciliter l’identification des propriétaires des véhicules accidentés dans le parc de la Tête d’Or. Cette invention a ensuite conquis le monde petit à petit. En Angleterre par exemple, ils l’ont adopté en 1903.

Auparavant, la gérance de l’enregistrement des plaques a été effectuée par le service des Mines, les carrières et de l’enregistrement des véhicules automobiles.

A quoi sert la plaque d’immatriculation ?

Comme vous pouvez le voir sur ce site, la plaque d’immatriculation permet de reconnaître le propriétaire d’un véhicule par une combinaison de numéros et de lettres. La plaque d’immatriculation est utile pour notifier une infraction ou pour retrouver un véhicule volé. Cela vaut aussi bien pour les voitures que les motos, les scooters, les quads, les camions, etc. L’ensemble des plaques d’immatriculation est englobé dans un fichier SIV. Ce dernier permet aux professionnels de l’automobile d’identifier un véhicule avec certitude. Par exemple, si vous donnez votre numéro de plaque à un vendeur d’une enseigne comme Point S, Feu Vert ou AutoBacs, il saura exactement l’huile correspondant à votre moteur ou le type d’ampoule nécessaire pour vos feux arrière.

Depuis le 15 avril 2009, une nouvelle organisation de plaques d’immatriculation a été mise en place pour remplacer la précédente. En effet, le premier système inauguré en 1950 est arrivé à saturation à cause du fait qu’une nouvelle plaque était générée à chaque changement de propriétaire. L’actuelle formule prévoit le long terme puisque le numéro d’immatriculation donné lors de la mise en circulation est associé au véhicule tout au long de sa carrière même s’il y a des changements de propriétaire. 2 lettres, 3 chiffres, 2 lettres, bien qu’avec la lettre O retirée ainsi que d’autres formules interdites, plus de 289 millions de combinaisons sont possibles. Ce système devrait durer pour 70 ans.

Les risques à défaut ou en cas d’absence de plaque ?

Si vous êtes contrôlé par les forces de l’ordre au volant d’un véhicule dont la plaque d’immatriculation est illisible, amovible ou non homologuée, vous risquez une amende de 135 euros, minorée à 90 euros. Selon l’article R317-8 du Code de la route, aucun retrait de point n’est prévu.

Plaque d’immatriculation : en quoi est-elle faite ?

Selon les fabricants, deux choix s’offrent à vous. Vous pouvez donc choisir entre le plexiglas et l’aluminium. Le plexiglas est plus résistant et plus esthétique. L’aluminium quant à lui est moins coûteux et facilement recyclable. La plaque d’immatriculation choisie doit être homologuée particulièrement sur le format 52×11 cm pour les voitures, de la même taille à l’avant comme à l’arrière avec un fond blanc et des lettres en noir.

Catégories : Entretien